Montpellier - « De la guerre d’Espagne à Podemos, d’une génération à l’autre ? »

Avec les animateurs des éditions Indigène
mardi 29 septembre 2015
par  Refractions
popularité : 8%

Jeudi 8 octobre à 20 h 30 au Centre Ascaso Durruti, Montpellier : « De la guerre d’Espagne à Podemos, d’une génération à l’autre ? »

soirée animée par Sylvie Crossman et Jean-Pierre Barou, des éditions Indigène, autour de leurs ouvrages :

« Podemos, sûr que nous pouvons ! »

par Carolina Bescansa, Íñigo Errejón, Pablo Iglesias et Juan Carlos Monedero, sous la direction de Ana Domínguez et Luis Giménez. Traduit de l’espagnol par Martine Sicard, éditions Indigène, 128 pages, 10 €.

et

« La Guerre d’Espagne ne fait que commencer »

par Jean-Pierre Barou, éditions du Seuil, 208 pages, 17,50 €

* * *

D’une génération à l’autre ?

Selon Thomas Mann, la guerre d’Espagne fut « le scandale le plus immonde de l’histoire de l’humanité », « un avilissement sans précédent de l’esprit » a écrit André Gide , tandis que Bernanos, écrivain catholique et royaliste, a vu quant à lui dans ce conflit « la disparition de l’homme de bonne volonté ».

Contre ce peuple espagnol, dont Camus devait dire qu’il détenait "quelques-uns des secrets royaux que l’Europe cherche désespérément à formuler ", tous se liguèrent : l’Eglise catholique, l’Armée franquiste, l’Italie fasciste, l’Allemagne nazie, les ploutocraties européennes (avec la France et l’Angleterre en tête ? ), la terreur rouge de Staline.

Le récit de l’assassinat du poète Federico Garcia Lorca, qui clôt le livre de Jean-Pierre Barou, pose la question de savoir si la littérature peut transcender l’histoire des faits accomplis pour recréer une humanité prête à renaître. Plus de 70 ans plus tard, le mouvement des Indignés, né à Madrid le 15 mai 2011, a réveillé ces revendications de l’esprit si peu portées par les livres d’histoire.

L’ouvrage collectif des fondateurs (quelques-uns) de Podemos se veut un retour sur les lieux du crime.« Nous étions fatigués d’être fatigués. Alors, nous nous sommes mis en marche. » Avec la cohorte de tous les invisibles qui ont marché avec eux, à l’aide des repères historiques allant de Gandhi aux expériences innovantes de l’Amérique latine, rompant avec la réconciliation honteuse instaurée par le régime de 1978 après la mort de Franco, ils ont voulu que leur « mouvement-parti » devienne une autre manière de faire de la politique.

En 2010, ils créent La Tuerka, leur propre émission de débat à la télévision. Ils se raccordent au sens commun avec des mots comme « caste », « vendeurs de patrie », « souveraineté » et avec pour objectif le pouvoir citoyen. En janvier 2014, c’est la naissance effective de Podemos. En mai de la même année, le mouvement obtient cinq sièges au Parlement européen. « Une autre Europe est possible, disent-ils, une Europe des citronniers, émancipée du IVe Reich financier. Dans le livre (publié dans sa traduction française aux éditions Indigène), ils racontent comment leur jeune bande a pu bouleverser le paysage politique.

A notre tour, nous le pouvons...

Source

Indigène

Centre Ascaso Durruti

6 rue Henri René, 34000 Montpellier

Téléphone : 04 99 52 20 24

Site