Du refus de la servitude volontaire

Vient de paraître
vendredi 10 avril 2015
par  Refractions
popularité : 6%

JPEG - 99.3 ko

André Bernard : Du refus de la servitude volontaire

Atelier de création libertaire, février 2015, 168 pages, 12,00 €

André Bernard, qui est membre du collectif de Réfractions, réunit dans ce
nouveau recueil des chroniques qu’il a rédigées pour l’émission Achaïra ,
animée par le Cercle libertaire Jean-Barruet sur la radio bordelaise la Clé
des Ondes . Il ajoute des notes parues dans des publications libertaires.
Quelques articles ont été écrits en collaboration avec Pierre Sommermeyer,
lui aussi du collectif de Réfractions.

Deux autres recueils ont déjà été publiés par l’ACL :

Chroniques de la désobéissance et autres textes
(2012)

Écritures et parlures de désobéissance
(2014)


Le refus de la servitude volontaire ne va pas de soi, conditionnés que nous
sommes par les usages de la famille, par le dressage de l’enseignement
scolaire, entraînés par le poids de l’entourage et disciplinés par l’obligation
du travail.

An-archisme, non-violence, dés-obéissance, in-soumission sont, parmi
beaucoup d’autres, des mots du refus qui annoncent « en creux », par l’écrit,
par la parole et par la pratique, un autre monde qui verrait s’ouvrir les portes
du projet libertaire.

Grève, lutte de classe, boycott, sabotage sont d’autres mots de ce combat.
Alourdis par le souvenir des luttes et des interprétations de l’Histoire, nous
concevons avec peine que les temps changent car le capitalisme destructeur
a évolué ; fluide, il reste cependant l’exploiteur primordial appuyé du bras
armé de l’État dominateur.

Mais l’être humain créatif qui se libère évolue également ; ses moyens de
lutte s’adaptent à l’adversaire tout en se désencombrant des erreurs et de
vieilleries du passé.

C’est pourquoi, nous sommes à l’écoute d’un monde qui bouge, attentifs à un
anarchisme en évolution, à un anarchisme de maintenant.

Dans cette tempête sociale, entre les vagues de la répression, nous
remontons au vent.

Chaque jour est un commencement, l’espérance libertaire est vivante.

(4e de couverture)

Atelier de création libertaire