Lausanne - Rencontre-débat avec Anne Steiner

dans le cycle du CIRA "Le refus de parvenir"
samedi 15 février 2014
popularité : 31%

Lundi 17 février 2014 au CIRA (Centre international de recherches sur l’anarchisme) de Lausanne,

rencontre-débat avec Anne Steiner :

La fin souhaitable de l’Université

L’acquisition et le partage des savoirs peuvent-ils passer par d’autres voies que celle de l’université, qui n’a d’universel que le nom ?

(Anne Steiner sera également à la librairie Basta !

Petit-Rocher 4 à Lausanne le 18 février dès 18h00

pour présenter ses livres « Les en-dehors » et « Rirette Maîtrejean »)


Le débat avec Anne Steiner s’inscrit dans le cycle de réflexions sur le refus de parvenir qui été lancé l’année dernier par le CIRA.

L’expression ’refus de parvenir’ est formulée par Albert Thierry, puis reprise par Marcel Martinet. Elle apparaît dans des revues comme La Vie ouvrière, La Révolution prolétarienne, Les Primaires, Les Humbles, ... Alors profondément liée à la question du travail, de la ’culture prolétarienne’ et à une critique de l’éducation républicaine (qui soutire au prolétariat ses meilleurs éléments), elle marque plusieurs générations de militant.e.s.

Elle influence également une frange d’écrivain.e.s, qui s’interrogent sur le rôle et la place des intellectuel.les (p.ex. Henri Poulaille et sa défense de la ’littérature prolétarienne’). Il s’agit en quelque sorte d’une critique des avant-gardes, les plus aptes devant se consacrer à l’émancipation du prolétariat, mais en restant profondément ancré dans celui-ci. Thierry applique aussi ce refus de parvenir à l’armée, où il décline les postes d’officier pour partager le sort de ses camarades d’infortune dans l’horreur des tranchées, où il trouvera la mort en 1915.

Outre les liens qu’il permet de tisser entre l’histoire du mouvement ouvrier et les luttes actuelles, le thème du ’refus de parvenir’ est intéressant parce qu’il est porteur de sens à la fois pour de militant.e.s de longue date qui se retournent sur leur parcours et pour les interrogations urgentes des plus jeunes face à des choix de vie et de formation. De plus, au delà de sa concrétisation individuelle, le refus de parvenir tel que nous le concevons n’a de sens qu’articulé avec des réflexions et des pratiques collectives.


accueil à 18h30, début à 19h00, suivi d’un apéro (amenez de quoi boire et grignoter !)

CIRA, Avenue de Beaumont, 1012 Lausanne

Arrêt M2 CHUV

Plus d’informations