La réalisation de la philosophie à l’époque du "Vormärz" (1815-1848)

Colloque à Paris les 17 et 18 février 2012
jeudi 9 février 2012
popularité : 7%

Un colloque sur "la réalisation de la philosophie à l’époque du "Vormärz" (1815-1848)" se tiendra le vendredi 17 et le samedi 18 février à Paris.

Jean-Christophe Angaut, maître de conférences de philosophie à l’ENS de Lyon et membre du collectif de Réfractions, y interviendra le samedi à 15 h15 sur

"Hess, Bakounine et la philosophie de l’action (1842-4843)"

Présentation du colloque

Du Congrès de Vienne à l’échec du printemps des peuples, en mars 1848, la vie intellectuelle allemande connaît une effervescence particulière. Les grandes philosophies qui se sont construites pour dépasser Kant, avec Schelling, Fichte et Hegel, autorisent bon nombre de penseurs allemands à considérer l’Allemagne comme étant philosophiquement en avance sur son temps, ou tout au moins à la pointe de la modernité. Cette avance théorique tranche pourtant avec la réalité politique . Au sortir du Congrès de Vienne, les aspirations à l’unité allemande, à davantage de liberté, à des institutions plus modernes sont déçues. En regard de l’Angleterre ou de la France, l’Allemagne paraît accuser un certain retard pratique. Une solution de cette contradiction dans laquelle se retrouve l’Allemagne semble alors se trouver pour certains auteurs dans l’idée suivant laquelle il ne resterait plus à l’Allemagne qu’à réaliser sa philosophie.

L’objet de notre journée d’étude est de favoriser l’analyse des différentes formes que prend le thème de la réalisation de la philosophie dans la pensée de divers intellectuels ou penseurs de l’époque (notamment chez les jeunes hégéliens : Ruge, les frères Bauer, Hess, Stirner, Feuerbach, Marx, etc., ou chez les penseurs de la Jeune Allemagne comme Heine). Suivant les orientations politiques des auteurs, le décalage entre la réalité politique allemande et la philosophie qu’il s’agit de réaliser peut aussi bien être interprété en un sens conservateur qu’en un sens progressiste ; de même que la résorption de ce décalage peut aussi bien être envisagée dans une perspective nationaliste que dans une perspective plus universaliste ; enfin l’idée même de la réalisation de la philosophie peut aussi bien être considérée de façon idéaliste, comme une tâche tout entière immanente à la philosophie, que comme quelque chose impliquant la reconnaissance d’une extériorité depuis laquelle opérer cette réalisation.

Afin de mettre en exergue cette diversité, il pourra aussi s’agir de s’intéresser aux différentes influences subies par ces auteurs, aux interlocuteurs avec lesquels ils ont pu dialoguer, ou encore à l’influence qu’eux-mêmes ont pu avoir sur d’autres.

Programme :

Le vendredi 17 à l’Université Paris-Ouest-Nanterre

de 9 h 00 à 12 h 00 et de 14 h 30 à 17 h 00

Bâtiment B, salle des colloques

Le samedi 19 à l’Université Panthéon-Sorbonne

de 10 h 00 à 12 h45 et de 14 h 30 à 17 h 45

Galerie J.-B. Dumas, amphithéâtre Lefebvre

http://calenda.revues.org/nouvelle22663.html