A la recherche d’un sujet révolutionnaire

Recension (Le Monde libertaire)
mercredi 19 janvier 2011
popularité : 21%

A la recherche d’un sujet révolutionnaire

Dans une récente apparition publique, Norman Baillargeon a parlé de trois outils fondamentaux pour les activistes radicaux que nous sommes : le porte voix, le pot de colle et la longue vue. Si le Monde libertaire est certainement un porte voix, on classera sans peine la revue Réfractions dans la catégorie des longue vue. De ces outils qui voient loin, afin de savoir où l’on va.

La dernière livraison de cette revue d’expressions anarchistes est consacrée essentiellement à la recherche et à la réflexion des "volontés de révolution" (1). Le reflux de la marée marxiste qui noyait les secteurs universitaires, philosophiques, syndicaux et sociaux français, permet d’interroger enfin des concepts tels que la centralité du prolétariat dans le processus révolutionnaire en devenir (ou pas !). A partir du constat des nouvelles formes de rebellions, de leur morcellement, et de la diversité des groupes humains qui les mènent, l’équipe de rédaction de la revue s’interroge et nous fournit un canevas parfois embarrassant pour nos certitudes, mais toujours revigorant d’idées pour nourrir nos actions, notamment.
La difficile lecture anarchiste du monde globalisé et les possibles contradictions qui en découlent, apparaissent dès le premier texte intitulé "Une nouvelle internationale ?". Les mécanismes de soumission pèsent encore sur nous, et expliquent qu’avec la complicité des tenants de l’écologie institutionnelle, les désirs de gouvernement continentaux voire mondiaux rampent partout. Si la "classe ouvrière émancipatrice" est un concept qui a perdu de sa vigueur, on cherche encore par quoi remplacer ce sujet par excellence de la révolution. Car les ressorts de dominations aussi ont évolués. Dès lors, il convient de garder un regard critique sur l’altermondialisme, ses finalités et ceux qui parlent en son nom et qui prétendent amener une autre grille de lecture.

Pour Jérôme Baschet, "il est temps de réveiller le futur". Dans une passionnante contribution, il énonce le caractère indiscutablement novateur du mouvement zapatiste méxicain, et décortique en quoi il peut être un élément dialectique entre les réalités des courageux insurgés du Chiapas et les nôtres. A sa convaincante démonstration, il ajoute, à l’instar des camarades de Marcos, que "Ce dont nous rêvons, c’est d’un monde qui contienne de nouveaux mondes". Alain Thévenet, en écho, dans "L’inéluctable révolution", affirme la nécessité d’aller à la rencontre des autres mondes, sociaux et culturels. Il interroge le concept de luttes de classes qui était au centre de l’analyse marxiste et l’éclaire de ses réflexions sur l’avènement de la révolution. Et semble distant à l’égard du sujet révolutionnaire versus "Marx Brothers", étayant une analyse toute anarchiste de discontinuité de l’histoire et d’agencement des situations.

Cette analyse, c’est dans "Histoire et actualité du sujet révolutionnaire" qu’elle est surtout déclinée par Daniel Colson. A partir d’une critique de la vision du monde de Marx, il explique comment Proudhon -dont on ne cessera jamais de dire la richesse de la pensée- percevait bien non pas une, mais "des" classes ouvrières. A partir de là, l’anarchisme, avec ses caractères apparemment contradictoires (diversité, pluralité des modes d’intervention, créativité...) est cohérent avec sa conception du sujet et de la situation révolutionnaires, loin de la linéarité historique des canons marxistes.

Ce sont au total huit contributions qui forment la principale partie de ce numéro 25 de Réfractions consacré aux "Volontés de révolution" ; mais il ne faudrait pas oublier les quatre autres textes regroupés sous le chapeau "Des expériences à radicaliser" et qui sont un prolongement à la réflexion. Entre la description d’un réseau original de luttes contre la scientologie, des observations sur le devoir de désobéissance, les luttes de classe en Chine ou les observations d’un jeune homme né avec les années 80, on s’ancre dans le réel, dans ces luttes dont il convient de rappeler ici qu’elles sont les ferments nécessaires de la révolution.

Restituer la richesse de Réfractions en un article aussi court tient de la gageure ; mais outre la section de commentaires des livres et revues, il convient de signaler la passionnante relation par Ronald Creagh d’un colloque tenu à Bristol en juin 2010, intitulé "Anarchisme et relations internationales". Les observations qui nous sont communiquées là montrent bien le chemin parcouru en faveur d’une restitution de l’anarchisme, et de la reconnaissance de ses apports les plus originaux. Là aussi, je relève l’idée de convergences possibles entre des mouvements populaires et l’anarchisme, ainsi que la conscience que "Il n’existe pas de recette miracle. Chaque situation doit être analysée dans son caractère unique".

Revigorant, accessible et passionnant, vous dis-je.

Daniel (Groupe Gard Vaucluse)

1 – Réfractions n°25, 176 pages, 12 euros, en vente à la librairie Publico ou sur le site internet de la revue : http://refractions.plusloin.org

Paru dans le Monde libertaire n° 1618 (du13 au 19 janvier 2011)