Débat avec Ronald Creagh autour de son livre "Utopies américaines"

le 22 septembre 2010 à Lausanne
jeudi 16 septembre 2010
popularité : 2%

Ronald Creagh, membre du collectif de Réfractions, a participé à un débat autour de son livre au Centre international de recherches sur l’anarchisme.

le mercredi 22 septembre 2010 à 20 heures

à la Bibliothèque du CIRA,

av. de Beaumont 24, 1012

Lausanne

Ronald Creagh, "Utopies américaines, Expériences libertaires du XIXe siècle à nos jours"

Agone, 2009, 400 pages, 24.00 euros.

Du voyage du socialiste gallois Robert Owen en 1825 aux premières communautés fouriéristes, des mouvements contestataires des années 1960 à l’écologie et aux groupes punks ou lesbiens d’aujourd’hui, les États-Unis ont abrité nombre de communautés utopiques. Souvent installés comme jadis les moines dans des paysages magnifiques et isolés, mais aussi dans l’hôtel d’un village de l’ancienne Réserve de l’Ouest ou exploitant une mine de charbon sur leur territoire, ces groupes mettent à l’épreuve une volonté de vivre en dehors de la logique de la société dominante.

En revenant sur près de deux siècles d’expériences communautaires, ce livre lève non seulement le voile sur un phénomène méconnu et toujours actuel, mais le réinsère parmi les tentatives de lutte contre un système omnipotent, ouvrant une autre voie, originale et non exclusive, vers l’émancipation sociale.

Professeur émérite à l’université Paul-Valéry de Montpellier, Ronald Creagh collabore à de nombreuses revues anglo-saxonnes et françaises. Il est notamment l’auteur de L’Affaire Sacco et Vanzetti (Éditions de Paris, 2004), et Nos cousins d’Amérique. Histoire des Français aux États-Unis (Payot, 1988).

(Présentation de l’éditeur)

Ce livre n’est pas celui d’un historien, ni de quelqu’un de blasé, plutôt celui d’un utopiste. Ce que, selon lui, chacun d’entre nous pourrait être, pour peu que l’on considère l’utopie comme faisant partie intégrante du réel. Le cheminement de Ronald Creagh dans l’histoire américaine met en avant ces groupes et individus décidés à vivre ensemble, créer des « lieux de vie » pour partager et prendre en charge leur destin individuel et collectif. Il ne s’agit pas d’amonceler des souvenirs, comme des biens. L’ouvrage privilégie des flashes sur des moments privilégiés, sur certains lieux, sur certaines caractéristiques montrant comment ces communautés sont des univers ouverts, accueillants à l’inconnu, au hasard, au désordre de la vie. Car elles ont su capter l’utopie, s’offrant à tous, à tout moment si l’on sait y prêter attention et se doter d’un brin d’audace.

Céline Beaudet

Informations :

http://www.cira.ch/actualites

http://www.atheles.org/agone/memoir...