Errico Malatesta

baroudeur et philosophe
vendredi 11 juin 2010
popularité : 15%

L’Atelier de création libertaire vient de publier une étude de Daniel Colson qui s’attache, au-délà de la figure du militant mais sans jamais en faire abstraction, à montrer la complexité et l’évolution des idées de Malatesta (1853-1932) et la place centrale qu’elles peuvent occuper dans une définition actuelle de l’anarchisme. Cet essai est suivi des trois textes sur lesquels il appuie ses analyses.

C’est encore à Malatesta, sous une forme surprenante mais bien révélatrice aussi, qu’est consacré en bonne partie le n° 36 du bulletin de critique bibliographique A contretemps.

L’anarchisme de Malatesta

de Daniel Colson

Atelier de création libertaire, 2010, 175 p., 14 euros.

De l’anarchiste italien Errico Malatesta on retient le partisan d’un anarchisme résolument politique – au sens étroit et moderne du mot –, là où les libertaires les plus conscients formeraient eux-aussi un parti solidement organisé autour d’un projet et d’un programme clairement définis. Cette perception n’est pas fausse, mais elle est partielle et elle laisse sans doute échapper l’essentiel du projet de Malatesta. C’est tout du moins ce que ce livre voudrait établir.

Deux choses principalement : la façon dont Malatesta, comme tous les acteurs de cette période, est conduit par sa pratique et son expérience, à concevoir et affirmer une pensée politique et philosophique ; la façon dont cette pensée, bien loin de se cantonner à telle ou telle vision particulière de l’anarchisme, prend sens dans l’ensemble des idées et des pratiques libertaires d’hier et d’aujourd’hui.

Pour ce faire, Daniel Colson a étudié plus particulièrement trois textes essentiels de Malatesta, ici republiés intégralement : l’Anarchie, (1891), sa Réponse à la Plateforme (1927) et À propos de Pierre Kropotkine (1931).

Daniel Colson, sociologue, participe activement à la vie du mouvement libertaire à Lyon depuis la fin des années 1960. Il est, entre autre, l’auteur de Anarcho-syndicalisme et communisme - Saint-Étienne 1920-1925, les Anarchistes et l’organisation (sous le nom de Claude Parisse), du Petit lexique philosophique de l’anarchisme, de Proudhon à Deuleuze et de Trois essai de philosophie anarchiste, Islam, Histoire, Monadologie.

Daniel Colson fait partie du collectif de rédaction de Réfractions.

http://www.atelierdecreationlibertaire.com/L-Anarchisme-de-Malatesta.html


A contretemps n°36

(janvier 2010)


Malatesta, un portrait

"Au vu de l’existence mouvementée de Malatesta, ce baroudeur de l’anarchie, il nous a semblé opportun de reprendre une superbe
étude de Robert Paris, originellement publiée en 1990. Elle est en tous points exemplaire du travail de l’historien tel que nous le concevons."

Robert Paris reprenait, avec une introduction et toute une série de notes explicatives et correctives, les pages d’un rapport de police, daté du 20 mai 1895, qui concernent spécialement Malatesta dans un de ses exils londoniens, et qui fait la synthèse des enquêtes de trois informateurs, également publiées et commentées dans ce bulletin. Elles apportent, dit Paris, bien des précisions et des informations neuves, sinon piquantes, sur Malatesta et ses dangereuses fréquentations.

A la suite, le bulletin animé par Freddy Gomez reprend les souvenirs et critiques de Malatesta "à propos de Pierre Kropotkine" (traduits par André Prudhommeaux en 1957) qu’on trouve aussi dans le livre de Colson. Un ensemble très fourni de notes de lecture complète ce numéro, avec une recension plus approfondie, par Gaël Cheptou, des textes de Gustav Landauer publiés sous le titre "La Communauté par le retrait" aux Editions du Sandre.

Le numéro suivant d’ A contretemps (37, mai 2010) est consacré au syndicalisme révolutionnaire et au congrès d’Amiens de la CGT (1906) où fut votée ce qu’on appela par la suite la "charte d’Amiens". Il est coordonné par Miguel Chueca, qui a aussi publié sur ce thème un ouvrage collectif en 2009 aux Editions CNT-RP.

Au centre des textes réunis dans ce bulletin : les articles qu’a écrits sur ce congrès, la même année, Pierre Monatte, qui sera par la suite le fondateur et l’animateur de la revue La Révolution prolétarienne. Ces articles sont entourés de précises informations historiques et notices biographiques de Chueca, et suivis d’une conférence sur "L’action syndicale et les anarchistes" donnée en 1900 par Paul Delesalle.

Après d’autres débats suscités par cette question, le numéro se conclut par les "Réflexions sur l’analyse du syndicalisme révolutionnaire" de l’historien allemand Bert Altena.

Adresse :

Fernand Gomez, 55 rue des Prairies, 75020 Paris

(« pas de prix, juste des frais »)

http://acontretemps.org