A contretemps

mercredi 13 août 2008
popularité : 10%

Le n° 31 d’A contretemps (juillet 2008) est consacré en majeure partie à une longue et intéressante « Conversation avec Jean-Claude Michéa », dont le dernier ouvrage, L’Empire du moindre mal. Essai sur la civilisation libérale (Editions Climats, 2007) a déjà été recensé dans le n° 29 de ce bulletin. C’est la reprise, largement augmentée dans sa retranscription par Michéa, d’un entretien avec Thierry Clair-Victor sur Radio libertaire.

Le tour d’horizon est vaste : avant d’aborder les thèmes centraux du livre et sa critique de l’idéologie libérale (de droite et de gauche), l’animateur de l’émission interroge l’auteur sur sa formation, son adhésion de quelques années au PC, les philosophes qui l’ont marqué, son écriture « en spirale » avec ses scolies et ses notes.

Des thèmes essentiels se dégagent : l’anthropologie pessimiste qui est à la base de la pensée libérale - l’imaginaire de la croissance et de la consommation illimitées et les formes de conscience aliénées qui y correspondent - la production massive d’aliénation par les industries combinées du divertissement, de la publicité et du mensonge médiatique - les illusions du gouvernement représentatif - le désir individuel de pouvoir et la « question anarchiste par excellence  » : comment neutraliser le besoin pathologique chez certains de contrôler sans cesse la vie des autres, qui se manifeste dans toutes les sphères de l’existence et conduit à l’échec les entreprises politiques les mieux intentionnées ?

La réponse tourne autour de « l’invitation orwellienne à fonder le socialisme sur les valeurs de la common decency », la décence commune ou l’honnêteté élémentaire, dont les principes minimaux, dans une organisation radicale, seraient la rotation perpétuelle des fonctions dirigeantes et le rapport critique avec les médias officiels.

Les notes de lecture qui complètent cette livraison sont de diverse manière en cohérence avec les thèmes évoqués dans l’entretien.

Fernand Gomez, 55 rue des Prairies, 75020 Paris (« pas de prix, juste des frais »)

http://acontretemps.org