Trimards : «  Pègre  » et mauvais garçons de Mai 68

Rencontre avec Claire Auzias
vendredi 10 novembre 2017
par  Refractions
popularité : 44%

Claire Auzias

Trimards - «  Pègre  » et mauvais garçons de Mai 68

Préface de John Merriman

ACL, Atelier de création libertaire, octobre 2017, 492 pages, 18,00 EUR.

* * *

Le livre sera présentée au public au CEDRATS,

place Croix Paquets à Lyon, 1er arrondissement,

le vendredi 24 novembre à 19 heures

et le vendredi 1er décembre à 19h30 à la librairie Publico,

145 rue Amelot, 75011 Paris

* * *

À partir d’une exceptionnelle documentation privée (tracts, documents militants, correspondances, notes manuscrites prises au cours des luttes, etc.) augmentée d’archives publiques des préfectures non encore déclassées, et d’archives orales crées dans ce but avec les acteurs concernés, ce livre s’attache à la figure mésestimée des trimards dans le mouvement des occupations de mai 1968 en France, sous les noms divers de zonards, loulous, katangais et autres, tous communément condamnés par les pouvoirs en place en tant que « pègre », signifiant par-là, la déqualification de toute lutte révolutionnaire.

L’histoire ici restituée des marges de Mai 68, permet d’envisager quelques-uns des enjeux politiques qui se sont affrontés lors de cette insurrection, loin des bons sentiments et des bienséances généralement adoptées par les observateurs extérieurs.

Trimards à Lyon, loulous à Grenoble, zonards à Nantes, katangais à Paris ou Mouvement révolutionnaire octobre à Bordeaux, pour Claire Auzias ce Lumpenproletariat était l’autre face de la Révolution.

Claire Auzias a publié «  Un mai mineur  » il y a trente ans, un titre hommage à Deleuze et Guattari, dans lequel elle conte ses «  Mémoires d’une révolutionnaire  » (IRL, 1988). Elle a aussi précisé quelques aspects de son Mai 68 dans « Claire l’enragée », un dialogue avec Mimmo Pucciarelli (ACL). Ici, elle est historienne de ce qu’elle connaît si bien, grâce à une abondante documentation inédite. Son travail sur l’histoire montre que, en scénographie comme en littérature, les éclairages peuvent se déplacer, se croiser, se renforcer et s’illuminer à l’infini.

le livre

* * *