Réfractions, recherches et expressions anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
1/5 Lire la suite ...
Moins-que-rien de tous pays, solidarité

Les migrants sont des prolétaires. Quant aux « travailleurs sociaux », il leur appartient de savoir s’ils et elles se situent du coté́ des employeurs liés aux logiques du profit. Ou s’ils et elles sont solidaires des personnes qu’ils et elles ont rencontrées.


2/5 Lire la suite ...
Présence psychologique auprès de sans papiers

Ça se passe dans les locaux de Médecins du Monde, à Lyon, où il est proposé aux migrants, après un examen médical effectué par un généraliste qui a estimé qu’il relevait d’une aide psychologique, de rencontrer un psychologue.


3/5 Lire la suite ...
Paris - Fête du livre des éditions Noir et Rouge

Le samedi 16 juin 2018 à partir de 10 heures et jusqu’à 17 heures,

grande fête du livre des éditions Noir et Rouge


4/5 Lire la suite ...
Paris – Bourse aux livres et concert enragé au Jargon libre

Le samedi 16 juin 2018, de 14 à 20 heures, et le dimanche 17 juin, de 12 à 20 heures : pour que vive la bibliothèque anarchiste LE JARGON LIBRE, grande bourse aux livres et apéro-concert enragé.


5/5 Lire la suite ...
Rencontres libertaires du Quercy

Ces rencontres, organisées par l’OCL (Organisation communiste libertaire), sont ouvertes à celles et ceux que les thèmes des discussions programmées intéressent. Elles se dérouleront dans un gîte, la Maison carrée, à Lauzeral, sur la commune de Vazerac, à 30 minutes au nord de Montauban et au sud de Cahors.


A comme RésistAnces

LE MOUVEMENT ANARCHISTE AURAIT-IL ÉCHOUÉ ? IL EST VRAI qu’après plus d’un siècle d’intenses luttes pour construire une société sans domination ni oppression le résultat désiré n’a pas été atteint. Serait-ce donc par déni de réalité que nous ne nous résignons pas à abandonner cette lutte ? Nous ne le pensons pas, car ce serait accepter l’argument fallacieux selon lequel la valeur d’une pratique, ou d’un cheminement, est contenue toute entière dans l’atteinte du but ultime qui leur est assigné. C’est dans ses multiples pratiques au jour le jour que réside le succès de l’anarchisme et son indispensable existence.

Les systèmes de domination sont multiples. Les formes libertaires de résistance le sont aussi. Leur combat émancipateur peut s’affirmer dans les luttes contre les totalitarismes et leurs systèmes de surveillance, leur contrôle des communications, comme aussi, de manière constructive, sous des modes d’autogestion anticapitaliste ou de mutuelles autogérées. Tout cela ne va pas sans débat sur des moyens comme la violence, ou des événements comme les révolutions.

Ainsi le dossier de ce numéro discute de méthodes de résistance aux nouvelles formes d’évolution du capitalisme, en l’occurrence la nouvelle hydre des Big Data, mais il raconte aussi celles, plus anciennes mais éprouvées, de l’autogestion et du mutuellisme notamment.

Rencontre - débat
Article mis en ligne le 1er juin 2018
dernière modification le 12 juin 2018
Rubrique : Brèves et nouvelles

Ce mercredi 6 juin 2018 à 18 h la Bibliothèque Jean Van Lierde d’Agir pour la Paix vous invite à une discussion autour d’un nouvel ouvrage qui a retenu son attention,
« Non-violence dans la révolution syrienne »

« Non-violence dans la révolution syrienne »

Textes présentés par Guillaume Gamblin et Pierre Sommermeyer,

Editions libertaires, collection Désobéissances libertaires,

Co-édité avec la revue S !lence, 116 pages illustrées en couleur – 9 €.

Guillaume Gamblin et Pierre Sommermeyer ont collecté des (...)

Conférence-débat avec Jean-Pierre-Duteuil
Article mis en ligne le 20 mai 2018
dernière modification le 12 juin 2018
Rubrique : Brèves et nouvelles

Le mercredi 30 mai 2018 à 20h30 à la Maison des Syndicats (rue Sédillot, Strasbourg)

conférence-débat par Jean-Pierre Duteuil sur Mai 68 et le Mouvement du 22 mars

à l’invitation du Collectif Alternative libertaire d’Alsace et de l’Union départementale de la CNT du Bas-Rhin.

Jean-Pierre Duteil a été, avec Daniel Cohn-Bendit, un des fondateurs du Mouvement du 22 mars. Il anime actuellement les éditions Acratie et le périodique anarchiste-communiste Courant (...)

vient de paraître, présentation-débat à Paris
Article mis en ligne le 10 mai 2018
dernière modification le 12 juin 2018
Rubrique : Brèves et nouvelles

Présentation-débat en présence d’André Bertrand le mercredi 16 mai 2018 dès 20h à la librairie Quilombo
(23 rue Voltaire, Paris XIe, m° Rue des Boulets ou Nation)
du livre : "Le scandale de Strasbourg mis à nu par ses célibataires, même"

Présentation-débat en présence d’André Bertrand le mercredi 16 mai 2018 dès 20h à la librairie Quilombomême"

(23 rue Voltaire, Paris XIe, m° Rue des Boulets ou Nation)

du livre : "Le scandale de Strasbourg mis à nu par ses célibataires,

par André Bertrand et André Schneider

Editions l’Insomniaque, (...)

Journées d’études des Géographes libertaires
par ps
Article mis en ligne le 4 mai 2018
dernière modification le 12 juin 2018
Rubrique : Brèves et nouvelles

Le Réseau des Géographes libertaires organise ses Journées d’études à Saint-Denis du 24 au 26 mai 2018, en partenariat avec la Dionyversité. Les deux premières journées seront consacrées à une série de conférences sur le thème "Commun•e•s - Actualité du municipalisme libertaire", et se tiendront à l’Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis.

Le Réseau des Géographes libertaires organise ses Journées d’études à Saint-Denis du 24 au 26 mai 2018, en partenariat avec la Dionyversité. Les deux premières journées seront consacrées à une série de conférences sur le thème "Commun•e•s - Actualité du municipalisme libertaire", et se tiendront à (...)

Vient de paraître, rencontre-débat à Paris
Article mis en ligne le 30 avril 2018
dernière modification le 12 juin 2018
Rubrique : Brèves et nouvelles

Le jeudi 3 mai 2018 à 20h à la librairie Quilombo (Paris) : « Errico Malatesta. Vie du révolutionnaire redouté de tous les gouvernements et polices du royaume d’Italie », présentation-débat du livre en présence de l’auteur Vittorio Giacopini et du traducteur Serge Quadruppani et de l’équipe des éditions Lux, Alexandre Sanchez et Marie-Eve Lamy.

Le jeudi 3 mai 2018 à 20h à la librairie Quilombo (Paris) :

« Errico Malatesta. Vie du révolutionnaire redouté de tous les gouvernements et polices du royaume d’Italie »,

pésentation-débat du livre en présence de l’auteur Vittorio Giacopini et du traducteur Serge Quadruppani

et de l’équipe des éditions (...)

vient de paraître
Article mis en ligne le 22 avril 2018
dernière modification le 12 juin 2018
Rubrique : Brèves et nouvelles

Edouard Jourdain, "Proudhon contemporain" CNRS éditions, 2018, 304 p., 25 euros
"La propriété, c’est le vol ", cette phrase connue de Proudhon dans Qu’est-ce que la propriété ? (1840) fit scandale. Proudhon (1809-1865) participe au bouillonnement des idées socialisantes du XIXe siècle avec Marx, Bakounine, ou encore Fourier…Marx qualifia son socialisme de scientifique.

Edouard Jourdain, "Proudhon contemporain"

CNRS éditions, 2018, 304 p., 25 euros

"La propriété, c’est le vol ", cette phrase connue de Proudhon dans Qu’est-ce que la propriété ? (1840) fit scandale.

Proudhon (1809-1865) participe au bouillonnement des idées socialisantes du XIXe siècle avec Marx, (...)

vient de paraître
Article mis en ligne le 13 avril 2018
dernière modification le 12 juin 2018
Rubrique : Brèves et nouvelles

Freddy Gomez, Dédicaces Un exil libertaire espagnol (1939-1975) Éditions Rue des Cascades, 2018,224 p., 14 euros Avec cinq dessins originaux de Marcos Carrasquer Les hommes et les quelques femmes qui fondent ce récit ont tous et toutes à voir avec le réel d’une époque désormais révolue jusque dans la mémoire de leur descendance.

Freddy Gomez, Dédicaces

Un exil libertaire espagnol (1939-1975)

Éditions Rue des Cascades, 2018,224 p., 14 euros

Avec cinq dessins originaux de Marcos Carrasquer

Les hommes et les quelques femmes qui fondent ce récit ont tous et toutes à voir avec le réel d’une époque désormais révolue jusque (...)

Vient de paraître
Article mis en ligne le 12 avril 2018
dernière modification le 22 avril 2018
Rubrique : Brèves et nouvelles

Le jeudi 12 avril 2018 - 19h00

Cycle de conférences "Esprit Critique" – Rencontre avec Renaud Garcia et Patrick Marcolini

Sauramps Comédie - Galerie du Triangle, Montpellier

à propos du livre de

Renaud Garcia, Le Sens des limites

Contre l’abstraction capitaliste

L’Echappée, mars 2018, |320 p. (...)

les jeudis 29 mars, 5 avril et 3 mai 2018
Article mis en ligne le 11 avril 2018
dernière modification le 4 mai 2018
Rubrique : Brèves et nouvelles

Dans le prolongement de l’émission Chroniques syndicales du 10 mars dernier, Jean-René Delépine sera l’invité d’une autre émission de Radio Libertaire - La Religion du Marché - le jeudi de 19h30 à 20h30, pour une série de 3 séances successives les 29 mars, 5 avril et 3 mai qui évoqueront les (...)

Article mis en ligne le 11 avril 2018
dernière modification le 30 avril 2018
Rubrique : Brèves et nouvelles

Afin de sensibiliser la population face aux projets de Pierre et Vacances et continuer de marquer son opposition à la marchandisation et la « touristification » du monde, la Coordination Center Parcs Ni Ici Ni Ailleurs reliera les 3 sites en lutte du 8 au 29 avril 2018.

Chaque soir, différentes (...)

Rencontre-débat à Marseille
Article mis en ligne le 26 mars 2018
dernière modification le 22 avril 2018
Rubrique : Brèves et nouvelles

Le samedi 7 avril 2018 à 17 heures le CIRA de Marseille invite à une rencontre-débat

avec Guillaume Gamblin et Pierre Sommermeyer

autour du livre

"Non-violence dans la révolution syrienne"

Les Éditions libertaires & Silence, (collection Désobéissances libertaires)

Textes présentés par (...)


























Les migrants sont des prolétaires. Prolétarisés en arrivant, ou déjà moins-que-rien avant de partir.

Cet homme d’une trentaine d’années vient d’une ancienne colonie française, sous l’emprise aujourd’hui, comme beaucoup d’autres, de dirigeants dont le souci est de garder un poste lucratif, soutenus par des sociétés pétrolières (ou autres) appuyées par les gouvernements occidentaux, dans une âpre concurrence avec la Chine unissant l’héritage communiste le plus totalitaire au capitalisme le plus sauvage.

Poursuivant des études supérieures, il préparait une thèse qui l’amenait à se rendre fréquemment en France. Il était alors salué et respecté comme n’importe quel autre thésard. Mais il faisait partie de l’opposition, opposition politique doublée de tensions ethniques, comme dans beaucoup de pays africains. Cet héritage de la période coloniale a brisé les collectifs politiques antérieurs, basés sur des langues et des cultures différentes, et qui cohabitaient de manière plus souple.

Cet autre. à peu près du même âge vient, lui, d’une ancienne colonie d’un autre « puissance » européenne, qui supporte depuis quarante ans le pouvoir totalitaire d’un dictateur, au départ inféodé à l’URSS et qui a depuis suivi la Russie vers le totalitarisme et la corruption poutinienne. Aux dépens notamment de la santé et au profit des compagnies pétrolières. Ce qui l’a notamment décidé à entrer dans l’opposition c’est, entre autres raisons, le décès d’un frère cadet, mal soigné d’une gangrène qui aurait tout à fait être soignée, mais décédé à cause d’une faiblesse du système de soins, les richesse de son pays étant confisquées par une corruption endémique du pouvoir. Arrêté́ pour sa participation à plusieurs manifestations, il a été violemment torturé, subissant des sévices de toutes sortes. Il y a plus de deux mois, il a « bénéficié » des interrogatoires de l’OFPRA. En attendant les résultats, il dort dans un lieu qu’il partage avec d’autres migrants comme lui, qu’il réveille par les cauchemars bruyants.
Quand il arrive à s’endormir... Il a dû laisser au pays sa famille dont il est sans nouvelle.

L’un et l’autre faisaient auparavant partie d’une classe « moyenne », plutôt privilégiée, compte tenu de la misère endémique dans leurs pays. Ils sont aujourd’hui réduits à la condition de prolétaires au sens étymologique : ceux qui n’ont rien et qui sont réduit·es à deux préoccupations : manger, se reproduire. Ce qui selon Platon, dont Macron est ici un fidèle disciple, leur ôte toute capacité́ et tout droit à exercer quelque pouvoir que ce soit. Ceux qui décident pour tout le monde n’ont pas ces soucis vulgaires.

Je pourrais aussi parler de cette dame qui a dû quitter son pays, parce qu’une rencontre avec un compatriote d’une autre confession l’avait fait rejeter par sa communauté et sa famille.

Tous réfugiés, pour des raisons mêlées

D’autres sont venus ici en ayant déjà̀ ce statut de prolétaire. Poussé·es par la misère dans laquelle leur pays a été́ plongé par l’exploitation économique des « civilisés ». Et donc privé·es de leur culture. D’autres chassé·es par des guerres absurdes dont le prétexte politique n’était qu’un alibi aux rivalités économiques. D’ailleurs, la distinction entre les réfugié·es « politiques » (théoriquement admissibles au droit d’asile) et réfugié·es « économiques » rejeté·es est pure hypocrisie, le politique et l’économique étant forcément imbriqués.

De plus en plus nombreux, les mineurs isolés (majoritairement des garçons, mais les quelques filles dans cette situation ont des itinéraires et des motivations semblables. La plupart venus d’Afrique sub-saharienne par des voies un peu mystérieuses sur lesquelles ils ne s’appesantissent pas : bloqués dans une forêt au Maroc ou dans des entrepôts en Lybie, soumis à des sévices multiples, puis la traversée de la Méditerranée avec tous ses risques. Ils ne sont pas partis par plaisir, par goût d’aventure (ce serait, après tout, une motivation adolescente plutôt sympathique) mais par l’impossibilité́ « chez eux » de mener une vie correcte. Une vie d’enfant.
Tous sont donc des prolétaires, des moins-que-rien. Ou des « sans-part », selon l’expression du philosophe Jacques Rancière. En trop, où qu’ils se trouvent.

Les mêmes ennemis

Traditionnellement, les syndicats se donnent pour mission de défendre des travailleurs·euses, ce qui exclut intérimaires, chômeurs·euses et donc les migrant·es sans papiers. Avec l’évolution (inéluctable aux yeux de ceux qui en profitent), travailleurs en CDI et fonctionnaires sont devenus en quelque sorte une classe moyenne, « admis » dans la sphère du politique par le biais entre autres, des négociations syndicales : ils ont le droit de parler, de protester, même si ça ne sert à rien. Ainsi, beaucoup ont l’impression (certains le disent) que la lutte des classes, cela ne veut plus rien dire. Leur principal souci, c’est de grimper dans la hiérarchie. Accros à la compétitivité, ils sont à l’opposé de toute solidarité́. Presque plus solidaire de leurs patrons, des banquiers et des politiques que de tous ceux dont la peau est peut-être plus foncée que la nôtre. Objectivement, ces travailleurs·ses « intégré·es » font cependant partie de la classe des prolétaires, pouvant à tout moment perdre leur statut et leur relative et illusoire intégration. Il n’y a pas de « classe neutre », pas d’impartialité́ possible. Cependant, explicitement ou par résignation, beaucoup ne veulent pas prendre parti, déjà soumis aux politiques macronistes libérales, ou pensant ne pas avoir le pouvoir de refuser.

Quant aux « travailleurs sociaux », il leur appartient de savoir s’ils et elles se situent du coté́ des employeurs liés aux logiques du profit. Ou s’ils et elles sont solidaires des personnes qu’ils et elles ont rencontrées.

Un syndicat révolutionnaire ne peut qu’être solidaire des travailleurs·euses, et des prolétaires qu’on cache, qu’on rejette, en les présentant comme une menace. Les un·es et les autres sont lié·es par la même exploitation et ont les mêmes ennemis. Tou.tes ont la même arme : la solidarité de classe.

Alain, Sanso 69

le Combat syndicaliste juin 2018

voir aussi


Réflexions à propos d’une présence psychologique auprès de sans papiers

Statistiques du site

  • Nombre total de visites :
    268282 visiteurs
  • Nombre de pages visitées :
    272205 pages
  • Moyenne depuis 365 jours :
    130 visites par jour
  • Plus grosse journée
    le 19-01-2018
    avec 3059 visiteurs
  • Aujourd'hui :
    42 visiteurs
  • Actuellement en ligne :
    9 visiteurs
  • Ce site compte : 5 auteurs 155 rubriques 1096 articles 35 commentaires 49 mots-clés 8 sites référencés
  • Dernier article paru :
    le 17 juin 2018
    "Moins-que-rien de tous pays, solidarité"


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.86
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2