Réfractions, recherches et expressions anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
1/6 Lire la suite ...
Salon du livre libertaire de Cluny

samedi 29 et dimanche 30 septembre 2018


2/6 Lire la suite ...
Lettre ouverte de Claire Auzias à son "prédateur littéraire"

Le seul ouvrage qui aura retenu notre attention en cette année de trop-plein fut le premier à paraître, "Trimards",de Claire Auzias. C’est cette même Claire Auzias qui se voit aujourd’hui, en fin de vague, transformée en héroïne un peu niaise de la déglingue de l’après-mai lyonnais. Elle répond à son "prédateur".

"A Contretemps"


3/6 Lire la suite ...
Les Universités populaires aujourd’hui : l’exemple de Marseille

Entretien publié dans "la Révolution prolétarienne" de septembre 2018


4/6 Lire la suite ...
LE GLYPHOSATE EN PROCES : SOCIETE CIVILE CONTRE MULTINATIONALE ET ETAT-ALIBI

Le 19 mars 2016, les Faucheurs Volontaires d’OGM se sont mobilisés dans toute la France pour dénoncer la vente d’herbicides contenant du glyphosate. Ils se sont introduits dans 34 magasins et ont peinturluré des bidons de RoundUp les rendant invendables. 12 d’entre eux ayant mené cette action dans un magasin de Pézenas (Hérault) sont passés en procès devant le tribunal correctionnel de Béziers ce 6 juin 2018 pour « avoir dégradé, détérioré volontairement un bien.


5/6 Lire la suite ...
Anarchistes et juifs

L’étude paraît en plusieurs parties dans "le Monde libertaire" :

1 - L’anarchisme des origines et les juifs
2 - Anarchistes et juifs entre les deux guerres


6/6 Lire la suite ...
Moins-que-rien de tous pays, solidarité

Les migrants sont des prolétaires. Quant aux « travailleurs sociaux », il leur appartient de savoir s’ils et elles se situent du coté́ des employeurs liés aux logiques du profit. Ou s’ils et elles sont solidaires des personnes qu’ils et elles ont rencontrées.


A comme RésistAnces

LE MOUVEMENT ANARCHISTE AURAIT-IL ÉCHOUÉ ? IL EST VRAI qu’après plus d’un siècle d’intenses luttes pour construire une société sans domination ni oppression le résultat désiré n’a pas été atteint. Serait-ce donc par déni de réalité que nous ne nous résignons pas à abandonner cette lutte ? Nous ne le pensons pas, car ce serait accepter l’argument fallacieux selon lequel la valeur d’une pratique, ou d’un cheminement, est contenue toute entière dans l’atteinte du but ultime qui leur est assigné. C’est dans ses multiples pratiques au jour le jour que réside le succès de l’anarchisme et son indispensable existence.

Les systèmes de domination sont multiples. Les formes libertaires de résistance le sont aussi. Leur combat émancipateur peut s’affirmer dans les luttes contre les totalitarismes et leurs systèmes de surveillance, leur contrôle des communications, comme aussi, de manière constructive, sous des modes d’autogestion anticapitaliste ou de mutuelles autogérées. Tout cela ne va pas sans débat sur des moyens comme la violence, ou des événements comme les révolutions.

Ainsi le dossier de ce numéro discute de méthodes de résistance aux nouvelles formes d’évolution du capitalisme, en l’occurrence la nouvelle hydre des Big Data, mais il raconte aussi celles, plus anciennes mais éprouvées, de l’autogestion et du mutuellisme notamment.

Tomás Ibañez ouvre le débat. Le fait de n’être ni technophobes ni apocalyptiques ne nous exempte pas d’un constat : la digitalisation galopante du monde. Elle introduit un totalitarisme de type nouveau, fondé sur les principes de contrôle exhaustif et de prévention, et, de plus, elle s’accapare de nouvelles sources de profit économique. Par ailleurs, notre résistance aux chants de sirènes du postmodernisme ne devrait pas nous exempter de prendre acte de l’actuel délitement de l’idéologie des Lumières et d’en tirer les conséquences.

Deux articles prolongent cette introduction, sur les hackers et sur la neutralité d’Internet. Ils constatent que la révolution informatique annonce un totalitarisme d’une puissance inconnue à ce jour, face à laquelle il faudra beaucoup d’imagination pour inventer des pratiques de résistance. Un survol de la mouvance anarchiste contemporaine permet de nourrir quelques espérances en ce sens.

Annick Stevens et Bernard Hennequin nous font rencontrer la Scop-Ti de Géménos. Même à petite échelle, les alternatives de ce genre ont déjà en soi de nombreux effets bénéfiques et démontrent par leur pratique qu’une organisation sans chefs ni privilèges est tout aussi possible que désirable. Certes, la forme coopérative ne garantit pas pour autant une organisation complètement libérée de la hiérarchie et de l’aliénation au travail ; mais la rotation des tâches, le salaire quasi-égal pour tous, le plan de formation pour acquérir des compétences et cette intelligence collective en marche sont séduisants.

Le texte de Julien Vignet sur le mutuellisme se rattache à un mouvement d’auto-organisation d’un grand nombre d’expériences volontairement minuscules, fondées sur le consensus et l’affinité, sans représentation ni délégation de pouvoir, radicalement autonomes, et dont la force potentielle réside entièrement sur la libre association de forces libres.

L’analyse juridico-politique de Jean-Jacques Gandini oppose frontalement droit au logement et droit de propriété. Un recours à la théorie de l’abus de droit établit que celui qui donne un usage effectif à une chose – ici le squatter d’immeuble en état de nécessité – mérite d’être protégé par rapport à celui qui l’a laissée à l’abandon – ici le propriétaire absentéiste. C’est en l’espèce le non-usage du droit de propriété qui constitue un déni de droit alors que le logement constitue un besoin social fondamental. Il y a déjà 125 ans, Pierre Kropotkine proclamait que « l’expropriation des maisons porte en germe la révolution sociale ».

Gabriel Kuhn prend de la hauteur par rapport à ce qui ressemble à un dialogue de sourds, celui entre partisans de l’action violente et les non-violents. Dans un camp comme dans l’autre, certains refusent même ce tête-à-tête. Les jugements réciproques peuvent dégénérer en exagérations. Pourtant une vaste majorité reconnaît que même un principe absolu doit trouver ses limites dans certaines circonstances. Et un mouvement qui doit s’élargir est contraint au dialogue. Celui-ci pourra se construire sur une base éthique, une discussion des rapports entre la fin et les moyens en fonction des enjeux concrets de la situation.

Enfin, dans la ligne de ses précédentes réflexions, Daniel Colson met en lumière la position originale et singulière des anarchistes au sujet de la révolution. L’ordre autoritaire et inégalitaire, logique et continu dans ses mises en forme, considère les révolutions comme des failles exceptionnelles et discontinues, porteuses ou non d’un ordre nouveau. Il s’agit toujours, pour lui, de rétablir logique et continuité, et, très vite, inégalité, autorité, contrainte et commandement. L’anarchisme s’oppose à cette conception. Bien loin de s’exprimer dans de rares et uniques moments de folie et d’utopie, l’exception des révolutions constitue, pour l’anarchisme, la trame même de toute réalité humaine aussi minuscule et ordinaire qu’elle puisse être. Et c’est à partir de cette trame discontinue, de ses potentialités de révolte et de libre association, que l’anarchisme peut prétendre affirmer la possibilité d’une authentique émancipation.

C’est parce que c’est dans des situations de fort conflit social que s’éprouve la validité ou non des analyses anarchistes que nous avons voulu consacrer une transversale aux récents événements d’outre-Pyrénées. Qu’il s’agisse d’un peuple s’insurgeant contre la domination espagnole ou de l’affrontement entre deux appareils de pouvoir, ou encore d’un entrecroisement de ces deux conflits, le fait est que ce que l’on a dénommé « la crise catalane » a créé d’importants clivages au sein de l’anarchisme dans ce pays. On a vu des libertaires s’impliquer dans un processus devant déboucher sur la création d’un nouvel État, défendre les urnes, ou s’inscrire dans les comités de défense de la République tandis que d’autres manifestaient leur désaccord et leur perplexité face à ce qu’ils considéraient comme une dérive éloignée des positions anarchistes.

Un sous-dossier poursuit le thème du numéro 39, « Repenser les oppressions ». Alors que la notion de « post-colonial » fait son apparition dans les milieux universitaires, ce court dossier retrace la tradition anticoloniale des anarchistes. Des études récentes montrent l’intérêt de militants anticolonialistes dans des pays comme l’Egypte, les Philippines ou l’Inde pour ces idées, et l’engagement jadis de nombreux anarchistes en France contre le colonialisme et pour les luttes de libération, particulièrement en Algérie.

Suit une deuxième série de transversales avec l’introduction d’Eduardo Colombo à un ouvrage d’Amedeo Bertolo, qui fut sans doute indirectement l’un des inspirateurs de Réfractions. Marie Joffrin et Claire Auzias nous offrent un passionnant dialogue autour de Mai 1968. Et Jean-Christophe Angaut critique la pensée de la philosophe Janicka avec son « essai de théorisation de l’anarchisme contemporain ».

Plus que jamais, A comme RésistAnces !

Sommaire

Présentation de la revue et débat
Article mis en ligne le 17 septembre 2018
Rubrique : Brèves et nouvelles

Jeudi 20 septembre 2018, à 19h3,0 au ZO, 26 rue de l’Agau à Nimes ,

Jean-Jacques Gandini viendra présenter le numéro 40 de Réfractions et participera à un échange en commentant sa dernière contribution à la revue : "Droit de propriété contre droit au logement".

L’analyse juridico-politique de (...)

par *
Article mis en ligne le 7 septembre 2018
Rubrique : Vente En Ligne

N°3 Lectures cosmopolites 12 € N°4 Espaces d’anarchie Epuisé ; N°5 Violence,contre-violence, non-violence anarchistes Epuisé 12 € N°6 De quel droit ? épuisé 12 € N°7 Entrée des anarchistes 12 € N°8 Féderalisme et autonomie 12 (...)

Article mis en ligne le 4 septembre 2018
dernière modification le 18 septembre 2018
Rubrique : Brèves et nouvelles

Samedi 15 septembre 2018 à Marseille, au Théâtre Toursky, MILLE BÂBORDS, une zone à défendre.

carrefour des luttes, carrefour des idées !

Samedi 15 septembre 2018 à Marseille, au Théâtre Toursky,

de 15h à 21h,

MILLE BÂBORDS, une zone à défendre :

carrefour des luttes, carrefour des idées !

Avec les associations adhérentes de Mille Bâbords : Alarm, Alternative Libertaire, Attac, Bricabracs, CNT 13, Kheper, La Quadrature du Net, Libre (...)

vient de paraître
Article mis en ligne le 28 août 2018
dernière modification le 23 septembre 2018
Rubrique : Brèves et nouvelles

Publié en 1917, ce texte, inédit en français, apporte un éclairage tant sur les œuvres de Friedrich Nietzsche que sur l’usage qu’en fait Victor Serge et sur sa propre évolution politique.

Victor Serge, "Essai critique sur Nietzsche"

Introduction, traduction et notes d’Annick Stevens

Édition illustrée par Vlady

Nada éditions, août 2018, 160 p., 15,00 €

Annick Stevens participe au collectif de Réfractions

Comment concilier individualisme et lutte collective ? Quelles sont les (...)

Séminaire Amadeo Bertolo – Eduardo Colombo à Venise
Article mis en ligne le 23 août 2018
dernière modification le 18 septembre 2018
Rubrique : Brèves et nouvelles

Séminaire Amadeo Bertolo – Eduardo Colombo à Venise le 15 septembre 2018

Pensée et action : l’anarchisme comme communauté et comme choix de vie.

Séminaire organisé par le Laboratorio Libertario/Ateneo degli imperfetti de Marghera et le Centro studi Libertari/Archivio Giuseppe Pinelli de Milan,

à partir des réflexions et des biographies militantes d’Amedeo Bertolo et (...)

Vient de paraître
Article mis en ligne le 19 août 2018
dernière modification le 23 septembre 2018
Rubrique : Brèves et nouvelles

Élisée Reclus inaugure sa « géographie sociale » par la pratique du voyage en 1859-1869. Ses lettres à sa femme Clarisse, jusqu’ici inédites, révèlent les émois de la séparation et découvrent l’intimité du couple et de ses engagements.

Elisée Reclus, Lettres à Clarisse

Éditeurs scientifiques : Ronald Creagh, Christophe Deschler

Classiques Garnier, juin 2018, 182 p., 32 € (broché)

Avec une chronologie générale et une chronologie des voyages de Reclus (1859-1865)

Élisée Reclus inaugure sa « géographie sociale » par la pratique du (...)

Tomás Ibañez
Article mis en ligne le 7 juillet 2018
dernière modification le 28 août 2018
Rubrique : Textes et documents

Pour protester contre le maintien en garde à vue d’un étudiant de Nanterre arrêté lors d’une action contre la guerre du Vietnam ses camarades occupèrent le vendredi 22 mars 1968 le bâtiment administratif de l’université. Au cours de la nuit les 142 occupants signèrent un manifeste qui allait constituer de fait l’acte de naissance du Mouvement du 22 Mars.

Vents d’anarchie à Paris et alentours peu avant Mai 68

Cet article de Tomás Ibáñez est paru dans le Monde Libertaire nº 1795, “Spécial Mai 68”, Pp 44-45.

* * *

Rappelons que pour protester contre le maintien en garde à vue d’un étudiant de Nanterre arrêté lors d’une action contre la guerre du Vietnam (...)

Louis Janover
Article mis en ligne le 1er juillet 2018
dernière modification le 7 juillet 2018
Rubrique : Textes et documents

Ce texte de Louis Janover rappelle l’itinéraire politico-intellectuel de Miguel Abensour, et son positionnement dans le champ intellectuel, des années 1960 à aujourd’hui. Il reprend l’essentiel d’ un article paru dans le numéro 56 de la revue LIGNES.

Ce texte de Louis Janover est une présentation du numéro de la revue LIGNES n° 56 (Miguel Abensour, la sommation utopique). Il a été lu lors de la présentation de ce numéro, dans la librairie de Michèle Ignazzi (Paris) en juin 2018.

Il rappelle l’itinéraire politico-intellectuel de Muiguel Abensour, (...)

Jean-Jacques Gandini
Article mis en ligne le 29 juin 2018
dernière modification le 15 septembre 2018
Rubrique : Textes et documents

Les attentats du 13 novembre 2015, par leur violence et leur soudaineté, ont mis le pays en état de choc avec un effet de sidération qui va continuer à s’exercer. Une telle situation doit-elle pour autant entraîner la mise en place de mesures exceptionnelles ? Entre droits fondamentaux et sauvegarde de l’ordre public, l’état d’urgence c’est le déséquilibre revendiqué au profit de la sauvegarde de l’ordre public. Nous sommes dans la violence d’État.

Ce texte est paru dans le numéro 5, juin 2017, de la revue Les Utopiques – Solidaires.

« Sans le garde-fou des grands principes généraux édictés par la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, le droit se réduit à un outil technique permettant de construire un édifice légal en fonction de l’Idée (...)

par Marcira
Article mis en ligne le 26 juin 2018
dernière modification le 1er juillet 2018
Rubrique : N° 40, A comme RésistAnces, printemps 2018

HOMMAGE À EDUARDO COLOMBO

ÉDITORIAL DOSSIER

L’anarchisme dans le contexte actuel, Tomás Ibáñez

Hackers. Ils veulent l’anarchie ? Ippolita

Sur la neutralité de la Toile, CrimethInc

Une autogestion anticapitaliste et jubilatoire, Bernard Hennequin, Annick Stevens

Le mutuellisme d’hier à (...)

Monique Rouillé-Boireau
Article mis en ligne le 23 juin 2018
dernière modification le 14 juillet 2018
Rubrique : Textes et documents

Miguel Abensour demeure l’homme des questions intempestives. C’est l’aspect résolument libertaire de sa pensée que je voudrais évoquer, moins à partir d’écrits théoriques que par le rappel de sa présence dans le débat intellectuel. Une posture de résistance au conformisme frileux devenu norme dominante dans les années 1980.

Miguel Abensour, penseur libertaire

Monique Rouillé-Boireau

Cet article est paru en mai 2018 dans un numéro spécial de la revue Lignes consacré à Miguel Abensour

MIGUEL ABENSOUR | La sommation utopique

Revue Lignes n°56

Contributeurs : Michèle Cohen-Halimi, Sophie Wahnich, Louis Janover, Anne (...)


























les samedi 29 et dimanche 30 septembre 2018

Salon du livre libertaire de Cluny (Saône-et-Loire)

SURVEILLER PUNIR

Au programme :

Samedi 29 septembre

20H30 : « FAITES SORTIR L’ACCUSÉ »,

film et débat avec la réalisateur Pierrot Guerinet.

...

Dimanche 30 septembre

11H : « JUSTICE ET VÉRITÉ POUR JÉRÔME LARONZE »,

paysan tué par un gendarme, le 20 mai 2017.

..

13H : Buffet à prix libre.

14H : Présentation en chansons du livre « CINQ ANS DE MÉTRO » par Fred Alpi.

...

15H : Discussion sur le thème NORMER SURVEILLER PUNIR

avec les collectifs Hors normes, Écran total, Faut pas pucer, Nina…

17H : Théâtre : « PISSER DANS L’HERBE »

Camille, bergère, refuse de se soumettre aux abus de l’administration pénitentiaire.

Représentation suivie d’un débat avec les auteur.e.s.

* * *

SALON DU LIVRE LIBERTAIRE

Salle des Griottons à CLUNY 71250

Organisé par le groupe libertaire 71 et la CNT 71.

Présentation des publications de Réfractions parmi les tables de presse et stands de librairie.

Statistiques du site

  • Nombre total de visites :
    284578 visiteurs
  • Nombre de pages visitées :
    327827 pages
  • Moyenne depuis 365 jours :
    142 visites par jour
  • Plus grosse journée
    le 19-01-2018
    avec 3059 visiteurs
  • Aujourd'hui :
    122 visiteurs
  • Actuellement en ligne :
    7 visiteurs
  • Ce site compte : 5 auteurs 155 rubriques 1125 articles 35 commentaires 49 mots-clés 10 sites référencés
  • Dernier article paru :
    le 23 septembre 2018
    "Salon du livre libertaire de Cluny"


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2